Je pars pour ne jamais revenir !

      Aucun commentaire sur Je pars pour ne jamais revenir !

Elle posait sa lettre soigneusement sur la table de nuit, jetait un dernier regard sur l’intérieur de sa belle maison. Puis, elle fermait la porte derrière elle  pour ne jamais revenir…

« Salut, chéri, j’imagine que tu penses que je suis chez l’esthéticienne. Oui, je suis passée la voir ce matin. Comme tu le sais, je suis une femme élégante. Même si le monde se met à s’écrouler  sous mes pieds, cela ne m’empêche  jamais de m’occuper de ma ligne, de mes ongles et de mon apparence physique. Je suis née comme ça. J’aime la beauté et j’aime tout ce qui est beau.

Depuis des années, tu ne remarques pas ma présence. Ça fait cinq ans que tu me trompes, cinq ans que tu crois que je n’ai rien remarqué. Mais, moi, je savais tout dès les premiers jours. Je souffrais et je pleurais énormément.

Notre vie était cool

courtiserLorsque tu rentrais le soir, je faisais semblant d’être heureuse. Je te mettais la table, je te racontais des blagues et tu gobais facilement l’idée que j’étais heureuse, très heureuse à tes côtés. D’où ai-je eu cette force ? Je ne sais pas ? D’où ai-je eu la patience ? Je ne sais pas non plus. Tu es étonné ? Oui, je suppose que sous l’effet de la surprise tu arrives à peine à te retenir sur les pieds. Tu te poses un tas de questions. Je sais. Moi aussi je me posais des questions. Pourquoi as-tu choisi cette femme moche et mal éduquée?

J’ai toujours cru que j’étais une femme parfaite. Je travaillais dur sans jamais oublier de m’occuper de toi. Je n’ai jamais fouillé dans tes affaires. Je n’ai jamais douté de ta sincérité. Notre vie était calme, sereine et joyeuse (si tu me permets de le dire).  Nous nous sommes constamment comportés comme des gens mûrs. On s’entendait très bien. Rares étaient nos  disputes. Je n’ai jamais aimé les conflits. ! D’ailleurs tu m’appelais « la joyeuse » et tu disais souvent que j’étais une femme EXCEPTIONNELLE.

Adieu, à jamais

voyage-avionJe te repose la question, pourquoi as-tu choisis cette personne ? Certaines femmes trompées…comme moi, disent pour se réconforter que leurs maris étaient ensorcelés. J’aimerais bien penser pareillement  et te trouver une excuse. Mais, je suis cardiologue. Je suis passionnée la science.  Je ne peux pas penser ainsi.

Cinq ans, je t’ai donné cinq ans pour te rattraper. Ta tromperie me hantait l’esprit cinq ans !  Aujourd’hui, je résigne, j’abandonne et je pars…

Je suis déjà dans les cieux. J’ai pris mon avion. J’ai tout programmé pour mon avenir. Je pars pour toujours. Je pars et je ne regretterai jamais ma décision de te quitter…

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.