La chirurgie de retouche au secours de la chirurgie esthétique

carla-bruniEntre une chirurgie des paupières ratée et une impressionnante surinjection du botox qui lui a quelque peu figé le visage, la top model Carla Bruni, épouse de l’ex-président français Nicolas Sarkozy, en lice pour un autre mandat, a bien changé depuis 2006. Sa transformation physique fait des choux gras à l’affaire Bygmalion qui préoccupe son époux.

Toutefois, Carla Bruni n’est pas la seule personnalité publique à présenter les ratés de la chirurgie esthétique, puisque Steven Seagal fait griser les cheveux de ses fans par ses implants capillaires et son visage marqué par le bistouri. Voyons quand même le bon côté des choses…

Rajeunir, oui.

Leur jette la première pierre qui n’a jamais rêvé de voir une imperfection de son physique disparaître à son réveil ! Mais ce n’est pas par un coup de bâton magique que cela se fera. Ce nez trop gros ou trop long, ces paupières qui tombent, ces oreilles d’éléphant, trop décollées ; ces seins affaissés ou trop gros, ces fesses trop plates, ce ventre bedonnant comme une grossesse qui n’arrive jamais à son terme… autant de complexes mal vécus, que le miroir de la société nous renvoie sous le signe de l’exclusion. Plutôt que la déprime, le suicide, recourir à la chirurgie esthétique n’est pas seulement un acte de courage, c’est la volonté de vivre, de profiter de la vie.

Grâce à la chirurgie esthétique, nombreux sont ceux qui ont retrouvé cette joie de vivre. La chirurgie reconstructrice, plastique et esthétique, est en effet une merveilleuse opportunité de se guérir du complexe d’un physique qu’on n’apprécie pas soi-même. Etre le petit « gros » ou la « grosse » du lycée que tout le monde raille à la cantine est insupportable. Continuer à assumer ce harcèlement toute sa vie ? Rien de mal non plus à vouloir prendre un coup de jeunesse. Surtout quand plus personne ne semble nous remarquer.

Rien n’est éternel

Mais à trop vouloir vivre, on finit par se déconnecter de la réalité. L’histoire de la chirurgie esthétique est aussi celle de ses ratés : Meg Ryan, Mélanie Griffith, Janice Dickinson, Lil Kim, Janice Stallone la mère de Rocky, le Rambo qui lui aussi se confronte à la plastie esthétique du visage. Faut-il oublier dans la liste le King de la Pop, Mickael Jackson accro à la rhinoplastie ? Mais qu’est-ce que ces gens ont en commun en dehors de la chirurgie ? Le fait d’être des stars, d’être bourrés de frics et de rêves de l’éternelle jeunesse.

Or, tout homme est mortel (Socrate n’a pas inventé la formule). Et la dégénérescence humaine est d’abord physique. Il faut donc parfois accepter que son corps subisse cette loi inique de la nature. Vieillir n’est pas une fatalité. A trop vouloir rajeunir, on en perd les couleurs de son plumage.

Comme en toute chose, seul l’abus est fatal. Ce n’est pas la chirurgie esthétique qui est désastreuse, mais l’abus qu’on en fait. Il faut juste savoir se fixer des limites. Evidemment qu’il y a des ratés dès la première chirurgie parfois. Une seconde intervention peut être nécessaire, mais il faut respecter les délais pour une chirurgie de retouche. Par exemple, 1 an pour une rhinoplastie secondaire ou chirurgie de retouche du nez.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.