Les mamans, PAS DE STRESS !

      Commentaires fermés sur Les mamans, PAS DE STRESS !

À notre enfance, on était libre. On se baladait dans les rues, on sautait dans les jardins des voisins pour voler des mandarines et on se rassemblait en groupe pour aller à la plage. Parfois, nos mères partaient au boulot en nous laissant seuls à la maison. Nous étions agités, hyperactifs. Mais, nous avions un certain sens prématuré de la responsabilité. Dans notre quartier, tout le monde se connaissait et les vieillards ne cessaient jamais de nous surveiller pour  transmettre à nos parents l’historique de nos gaffes.

Aujourd’hui, la donne a complètemmaman2ent changé. Le contexte dans lequel nous vivons regorge de risques et de dangers. Et nous, les mamans, avons tendance  à sombrer dans l’inquiétude : nous nous posons  plein de questions sur l’éducation de  nos enfants, sur notre relation avec eux  et sur la bonne  manière de nous  comporter avec eux.

Sur le plan psychologique nous nous trouvons entre la joie de les avoir parmi nous et la peur de ne pas être à la hauteur de nos responsabilités en tant que mères. Nous percevons nos enfants comme des copies de nous-mêmes. Leurs problèmes et leurs embarras sont les nôtres. Nous essayons de les guider dans le bon sens et nous faisons constamment du souci pour eux en guise de les protéger de tous les maux éventuels.

Nous sommes, la plupart du temps, inquiètes vu que  les  différents engagements que nous avons dans la vie nous empêchent de contrôler tous leurs comportements. Parfois, nous nous culpabilisons trop et nous souffrons de manquer de moyens capables de les protéger contre les dérives d’une société purement consommatrice laissant véhiculer  sur le net un tas d’informations « polluées » et  non contrôlées : terrorisme, sexe, rencontres sur les réseaux sociaux, jeux déconseillés, violence etc.

Une maman doit gérer son stress

Certes que la nouvelle société ne nous facilite pas la tâche d’accomplir notre mission à la perfection mais, nous ne devons pas sombrer dans le pessimisme et l’inquiétude, jouer le rôle des « mères poules » sans nous rendre compte que nous étouffons nos enfants et que nous les empêchons de vivre leurs propres légendes personnelles. Il n’est pas vraiment convenable  de les emprisonner dans leurs chambres de langues heures, de les priver de jouer ou de regarder la télé. Nous ne devons pas commettre l’horrible erreur de les obliger de faire  de nombreuses séances de cours particuliers, de ne pas tendre l’oreille à leur avis et  de tout choisir pour eux : leurs habits, leurs amis, leurs choix alimentaires, leurs futurs vocations etc.  Bref, nous les femmes, nous devons faire face à nos inquiétudes non par l’autorité fâcheuse vis-à-vis de nos enfants mais, par la recherche de plusieurs solutions capables de nous soulager, de nous apaiser sur le plan moral et de nous fournir une source d’énergie susceptible de nous donner le souffle, la patience et la vivacité de l’esprit pour bien  gérer nos foyers.

Faisons-nous belles. Accordons-nous parfois des moments de folie. Retrouvons nos amis. Cessons de comptabiliser nos dépenses et disons oui à la « fièvre acheteuse ». Faisons du sport, sortons faire de la marche en groupe, rétablissons nos défauts physiques et osons même esthétiser notre corps, faire une augmentation mammaire, lifter nos visages affaissés. Si nous jugeons que notre stress et notre angoisse sont assez élevés nous devons alors faire appel à  un psychologue. Nous devons positiver, exploiter toute l’énergie enfuie dans notre inconscience pour prendre les bonnes décisions. Entourons nos enfants sans dépasser le seuil de la logique et soyons heureuses pour leur fournir le vrai bonheur et pour les orienter vers la bonne destination.