Le vaginisme

      Aucun commentaire sur Le vaginisme

Beaucoup de femmes dans le monde souffrent du problème du vaginisme. Mais, rares sont celles qui en parlent. L’influence du facteur culturel et de l’entourage familial notamment  en Orient explique bien leur façon d’agir. C’est quoi le vaginisme ? Pourquoi de nombreuses  femmes en souffrent ? Existe-il un traitement médical permettant de contrer la présence de cette phobie sexuelle ?

 Le vaginisme, connaître les causes

Ayant une  peur intense du sexe, le corps d’une femme souffrant du vaginisme réagit de la sorte : les muscles se contractent inconsciemment d’une manière à rendre la pénétration impossible.

Plusieurs spécialistes comparent la contraction de l’orifice vaginal au clignotement involontaire des deux paupières. Selon eux, aucune pathologie n’est à l’origine cette phobie très contraignante. On détermine deux types de vaginisme : le vaginisme primaire (le plus fréquent) et le vaginisme secondaire.

Leviol vaginisme primaire

Ce problème apparaît généralement lors du premier rapport sexuel, disons au début de la vie sexuelle. La femme se lance à vivre l’expérience sans connaitre les propriétés de ses organes génitaux. Elle croit avoir un hymen indéchirable ou un vagin très petit et donc selon elle,  incapable d’accueillir un pénis. L’idée de s’offrir à un homme la terrifie. Elle cède involontairement à une forte panique incontrôlable. Le vaginisme primaire peut s’associer également à un traumatisme vécu à l’enfance comme les attouchements sexuels ou le viol.

Le vaginisme secondaire

routineCe type de vaginisme se manifeste chez les femmes actives sexuellement. Il peut apparaître à n’importe quel moment notamment lorsque la routine frappe la vie du couple à plein fouet. Le vaginisme est dit situationnel quand il surgit  avec un partenaire et non avec un autre.

Les sexologues associent ce comportement à une grande peur de souffrir qui incite le corps à se défendre. Un partenaire agressif ou un choc sentimental sont généralement les premières causes du vaginisme secondaire.

Le vaginisme, ça se traite

sexologuePour traiter le vaginisme il convient tout d’abord de mettre le doigt sur les premières causes induisant le corps de la  patiente à refouler catégoriquement et involontairement l’acte sexuel. Quelques séances de sexothérapie suffisent pour traiter les troubles superficiels. La méthode adaptée consiste à  inciter la patiente à faire certains exercices destinés à détendre les muscles péri-vaginaux et à lui faire connaître son corps ainsi que les caractéristiques  de l’appareil génital féminin. Pour traiter les problèmes d’ordre psychologique, la patiente devra  faire appel à un psychologue qui sera chargé de repérer les raisons responsables de l’angoisse à la pénétration et du verrouillage du corps. Un partenaire violent ? Un abus sexuel ? Etc.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.